2008-03-16

Nº 70 fini! L'art d'accommoder vos restes



Pour 3 personnes (âgées de 5 à 10 ans)


Ingrédients:
80 g de Phildar Ondiaflamme yaourt à la framboise
47 g de Phildar Ondiaflamme mousse à la mûre
34 g de Phildar Ondiaflamme potiron
36 g de Monoprix Flammé Bayadère marron, crème et moka
[le tout provenant des fonds de placard d'une amie (Phildar) et de quelques restes à moi (Monoprix)]
5 aiguilles à double pointe 7 mm

Recette:
Prendre les restes de potiron et essayer d'en faire un "2-hour hat" inversé (démarré par le sommet). Observer que le phénomène honni du "pooling" ne s'applique pas seulement aux fils bariolés, mais aussi aux fils flammés, ceux-ci donnant d'atroces boursouflures aux endroits où ceux-là feraient de gros pâtés. Détricoter.

Même si on n'a jamais trop accroché au modèle, se dire que le "meathead hat" ferait peut-être l'affaire. Regarder quelques photos attentivement, histoire de recréer mentalement les explications. Les adapter mentalement à l'échantillon qu'on a (le "2-hour hat" raté).

Monter 56 mailles avec le fil yaourt à la framboise, tricoter quelques rangs en côtes 2/2 suivis de quelques rangs au point jersey. Puis démarrer les diminutions jusqu'à ce qu'il ne reste qu'une maille. [Je laisse un flou volontaire dans mes explications, car, même si je les ai recrées et modifiées moi-même, je me suis quand même inspirée d'un modèle existant. Mais il est simplissime, il suffit de regarder une photo pour comprendre quand et où diminuer.] Rentrer les fils.

Constater avec ravissement que le modèle empêche quasiment tout "pooling". Répéter donc l'opération avec les autres restes jusqu'à obtention de trois bonnets.

Suggestions de présentation:
Démoulage parfait pour le bonnet 100% yaourt à la framboise. Sa belle texture onctueuse est due à un fil assez régulier, dont la grosseur s'amincit et s'accentue uniquement en de rares endroits. Son élasticité lui permet même d'être porté par un adulte; il est donc dévolu à l'aînée (10 ans), tout juste agrémenté d'une petite fleur au crochet (cadeau des tricoteuses de Porto).

Gros ratage pour le deuxième. J'ai essayé en vain de relever d'une pincée de noix de coco (deux jolis boutons de La Droguerie) la fadeur de cette mousse à la mûre sur son lit de yaourt framboise. Mais ça ne réussit pas à cacher les grumeaux (bizarrement la même qualité de laine oscille, dans cette couleur et aussi dans la couleur potiron, de la grosse laine mèche à du fil DK sans solution de continuité) ni le manque d'élasticité en résultant. Pas grave, il réchauffera quand même la cadette.

Je n'aurai pas parié un kopeck sur l'alternance de potiron et de brisures de marrons à la crème et au moka et pourtant le mélange est des plus savoureux: pas besoin de décoration donc. Ici aussi, la portion est plus petite et moins élastique à cause des grumeaux (mais ça tombe bien, car la texture du Phildar en devient identique à celle du flammé Monoprix*). Il sera destiné au seul garçon de la fratrie.

On trouvera d'autres suggestions de présentation dans le groupe Flickr (ou sur Ravelry pour les membres), ainsi que la recette originale dans le livre "Knitalong" de Larissa Stitchmarker.

Bon appétit, les petits!

* Ce n'est peut-être pas un hasard. En 2005, Nilda remarquait que l'Ondiaflamme de Phildar (qualité arrêtée) était semblable à la Fiamma de Di.Vé. En effet, on retrouve les mêmes coloris dans le nuancier de la Fiamma unie (Unito). Mais si on regarde les nuanciers bariolés (Stampato), surprise, on retrouve aussi les coloris de la Monoprix Flammé bayadère (qui n'est autre, soit-dit en passant, que la Versatile de Plassard).

2 commentaires:

soffie a dit…

euh, j'ai raté un épisode. c'est quoi le pooling ?

alexandra a dit…

si c'était de la cuisine , ca passerait pas trop , mais en tricot , c'est trop beau !