2005-06-09

Que faire de vos RTT (Rallongement du Temps de Tricot)

Par exemple, vous avez jusqu'au 19 juin pour faire un saut à Madrid et visiter l'exposition "Vestiduras ricas (1170-1340)". Il s'agit des fonds du musée des Tissus médiévaux du monastère de Las Huelgas à Burgos exposés exceptionnellement au Palacio Real de Madrid et étoffés (c'est le cas de le dire) par des oeuvres provenant d'autres collections en rapport avec le monastère ou la dynastie qui y fut enterrée. Des oeuvres qui remontent à la dernière fois (la seule?) où le prénom Urraca a été à la mode en Espagne et au Portugal, c'est dire! Outre les vêtements et tissus moyen-âgeux dans un état stupéfiant de conservation qui ont fait la réputation du musée de Burgos, on a donc l'occasion unique de contempler des manuscrits enluminés comme le "Traité des échecs, dés et jeux de table" d'Alphone X le Sage, deux des principaux recueils de musique médiévale: le codex de Las Huelgas et las "Cantigas de Santa María", entre autres, excusez du peu. Il y aussi des statues polychromes, des panneaux peints sur bois doré (où Klimt a piqué certaines de ses compositions, à n'en pas douter), des tombeaux sculptés. C'est bien joli tout ça, mais il y a du tricot? Cette exposition est avant tout le paradis des dingues d'arts textiles. Toutes sortes de tissus: des brocarts de soie, des tissus damassés, des tapisseries, des broderies à points lancés, à points comptés (au punto trenzado de pleita, qui fait comme un épi, tellement plus joli que le point de croix), avec perles, mais surtout surtout des vêtements entiers, aux formes originales, à la coupe parfaitement maîtrisée quoique légèrement wabisabi sur les bords (des coutures aussi minutieuses et pourtant un pan est monté à l'envers; comment ne pas se dire que c'est exprès?): pellote, saya encordada, etc. Sans oublier une paire de cothurnes en liège recouvert de cuir repoussé. Bon d'accord, mais le tricot dans tout ça? Il y a un gant d'évêque blanc tricoté sur une aiguille à la copte. Pfff! C'est pas du tricot ça, c'est du nalbinding! On veut du TRICOT, tu es sourde ou quoi? Bon, j'y arrive. Il y en a, du tricot, et pas n'importe lequel!



Le premier vestige de tricot en Europe et la pièce est intacte! Seuls les glands verts aux quatre coins ont souffert de l'outrage du temps. Un petit coussin entièrement tricoté en fil de soie au point jersey (punto de media) en rond et cousu en haut et en bas. L'échantillon donne le vertige: 80 mailles aux 10 cm2! Les motifs sont en jacquard à fils tirés aux couleurs vieil or et beige. Ils mêlent allègrement symboles héraldiques: fleurs de lys, aigles, châteaux (qui ont donné son nom à la Castille), rosettes, swastikas indiennes, le tout entouré d'un bandeau où se répète le mot arabe "barakah" (bénédiction). Tout ça pour la tombe d'un prince très catholique, Fernando de la Cerda. Ça, c'est du multiculturalisme! Du reste, les influences arabes et persanes sont partout. Des mots arabes en calligraphie coufique vont se nicher jusque sur les vêtements d'église. Voilà, c'était du temps où le prénom Urraca était à la mode, du temps où l'Espagne tricotait du jacquard, du temps où l'Espagne tricotait tout court. Ça a bien changé, croyez-moi.

Vous savez maintenant que faire de vos RTT. Après le 19 juin, vous pourrez éventuellement voir la plupart des tissus à Burgos, où ils sont exposés habituellement. Par contre, les manuscrits regagneront la Biblioteca nacional et l'Escurial; le reste des oeuvres, leurs musées respectifs.

L'expo est gratuite, le catalogue est très beau et très informatif, mais un bémol cependant: Patrimonio Nacional n'a pas été fichu d'imprimer une seule carte postale, ni même de faire un site web mieux que ça. Lamentable! Qu'ils prennent exemple sur le Victoria & Albert Museum de Londres, qui a un site très complet, avec un sous-site pour ses collections de tricot, que je vous recommande vivement, très bien fait avec une foule d'informations (y compris des liens vers de tricoblogs!), des modèles gratuits, etc. Ou qu'ils s'inspirent de sites interactifs comme celui-ci consacré à la tapisserie de Bayeux. [j'ai trouvé ces deux liens chez AnneV]

Le catalogue de l'exposition est disponible au prix de 45 €: Vestiduras ricas: el Monasterio de Las Huelgas y su época 1170-1340 par Yarza Luaces, Joaquín; Valle Pérez, José Carlos; Gómez Bárcena, Mª Jesus; Español Bertrán, Francesca; Navarro Espinach, Germán; Descalzo Lorenzo, Amalia; Herrero Carretero, Concha. Madrid: Patrimonio Nacional, 2005 [295 pp, 29 x 24 cm, ISBN: 84-7120-383-9].
Le catalogue du musée, encore disponible soi-disant, coûterait dans les 6 € (ce qui prouve à mon avis qu'il est épuisé, mais bon):
Museo de telas medievales: Monasterio de Santa María la Real de Huelgas. Burgos par Herrero Carretero, Concha, Madrid: Patrimonio Nacional, 1988 [134 pp 25 x 20 cm ISBN 84-7120-127-5].

Pour en savoir plus sur l'histoire du tricot, courez lire Tricot fluor, une mine d'infos compilée par Christine de Savoie. Voir aussi le chapitre "Où et quand" chez Tricot passion.

Quelques tricoteuses se sont risquées à reproduire le coussin de Fernando de la Cerda. Dans le numéro 3 de Stranded, il y a un gilet en jacquard, qui s'en inspire mais qui trahit l'esprit de l'original avec des motif aussi gros (de plus, les motifs au dos sont totalement différents de l'original). Beaucoup plus courageuse, Susanna von Schweissguth, qui appartient, j'imagine, à la SCA (Society for Creative Anachronism), a respecté les motifs et l'échantillon originaux, même si elle a tricoté un ouvrage plus petit avec moins de répétitions (voir ici et ses autres reproductions de tricot médiéval). À quand le knitalong, les filles?

9 commentaires:

Kajin a dit…

C'est fascinant!
Merci beaucoup pour ce compte rendu. Je vais de ce pas réserver mes billets d'avion!

Anonyme a dit…

Merci beaucoup Urraca pour cet article au scalpel. J'apprécie beaucoup ton écriture enlevée et aiguisée. Si tu n'es pas déjà journaliste, il ne faut plus hésiter !
Et bravo pour la nouvelle signification de la RTT, celle-là m'a bien fait rire.

Val

betty a dit…

je suis epaté. :)

caro a dit…

Comme à chaque post je me suis régalée. Merci pour toutes ces informations et tous ces liens.

Anonyme a dit…

Encore et toujours un plaisir de te lire, que ce soit sur des tricots un peu lests ou une histoire de la mode. Ca donne envie de faire un saut du côté de chez toi... mais comment on fait quand on n'a pas de RTT ???
Bulle

Anonyme a dit…

alors tu vas les voir ces coussins ? Quelle chance tu as ! Pour ce que je sais, les historiens pensent que ce sont les arabes qui ont tricoté ces coussins, pas les espagols (même s'ils s'appelaient Urraca) vu la parfaite maîtrise de l'art. Et tu connais SCA ? Mais tu connais tout ma parole ! La Savoie déclare la guequerre à Madrid, je prépare mes fourchettes à fondue, prépare tes banderilles. Super ton texte, merci. Christine de In tricot etc...

urraca a dit…

Rhaaalala, quelle chipoteuse, cette Christine! J'ai jamais dit que c'étaient les Espagnols (chrétiens) qui l'avait tricoté. Le plus stupéfiant de toute l'exposition, à part l'état de conservation, c'est qu'il y a des textes en arabe partout, même sur les vêtements liturgiques. C'est sans doute des artisans arabes qui se chargeaient de tisser, broder et tricoter tout ça, puisque c'est des techniques arabes (tissu damassé, tricot, cuir repoussé "guadamecí", etc) pour la plupart. Ceci dit, les Arabes qui vivaient en Espagne étaient aussi Espagnols que les Chrétiens. Ils se faisaient la guerre (l'incroyable et gigantesque bannière brodée arrachée aux Arabes par les Chrétiens lors de la bataille de Navas de Tolosa est exposée aussi), mais ils vivaient ensemble aussi.

PS: Je n'ai vu qu'un coussin tricoté (l'autre n'est pas exposé). Par contre, l'expo est gratuite et j'habite à côté, alors j'y suis déjà allée deux fois. Le coussin est vraiment spectaculaire, si finement ouvragé qu'on dirait du tissage à première vue.

chatsquad a dit…

merci beaucou urraca pour tes commentaires, moi aussi j'ai adoré, et j'ai vraiment envie d'en savoir plus...sais tu comment etainet les aiguilles qui ont tricoté ce petit bijou? as tu acheté le catalogue??j'adorerais l'avoir...ralala...un diablotin sur mon epaule gauche me souffle de venir voir, puis d'acheter le catalogue....(mais mon banquier est son patron et lui dit non...)

Anonyme a dit…

C'est ecxellent et j'adore le style. Les ouvrages de tricot anciennes, même lorsqu'elles sont endommagées, sont fascinantes. Merci pour cet article, et qu'est-ce que ce serait bien s'il y avait du R.T.T. à ta sauce...

Véronique